J’avais terminé mon billet sur le Ramadan publié Mardi en fin de journée sur une note positive – Le Mois du Ramadan en Malaisie – part 1. Cette ouverture me permet de continuer sur les points que j’aime dans ce mois si spécial pour les Malaisiens :

  • Le Ramadan bazar ; le rêve de tout gastronome ; dès 16h, des étals s’érigent a chaque croisement de rue, et proposent au chaland de succulents mets et spécialités culinaires ; la plupart ne se cuisinant que durant le mois du Ramadan ;
  • Le rendang et le Ketupat ; mon plat Malaisien préféré ; on peut en trouver tout au long de l’année, mais il n’est jamais aussi bon que lors du Ramadan ; le rendang est un plat de bœuf ou de poulet cuit très, très, très lentement et avec beaucoup d’épices qui fait que sa consistance fond dans la bouche tandis que les saveurs font la samba sur vos papilles ; le Ketupat est un gâteau de riz cuit dans une feuille de bananier ou de cocotier qui accompagne magnifiquement le rendang;
  • Le shopping ; le mois du Ramadan est également un mois de promotion dans beaucoup de magasins, notamment pour tout ce qui est habillement ; beaucoup de malaisiens se rhabillent avant de célébrer la fin du ramadan en famille;
  • Les valeurs familiales ; il est d’usage de rejoindre famille et amis pour casser son jeûne; les malaisiens étant très attaches aux valeurs familiales, les routes de Malaisie ne sont jamais aussi embouteillées qu’entre 15h30 et 18h45 lorsque tout le monde allume son bon moteur essence plein plomb pour rejoindre famille et amis.

Mais la raison pour laquelle j’apprecie le mois du Ramadan est que celui-ci a une fin. Et cette fin est marquée par ce que je considère etre la plus belle tradition malaisienne: l’open house. Le concept est simple, cuisiner de grandes quantités de nourriture, ouvrir les portes de sa maison en grand, et accueillir voisins, amis, et passants pour partager un bon moment. Pas de discrimination, tout le monde est le bienvenu.

Cette tradition est pour moi le symbole de la Malaisie. Un symbole d’ouverture, de tolérance, et d’acceptation de nos différences qui fait la force de ce pays.